Pourquoi faut-il impérativement optimiser son contenu pour Google ?

Mis à jour le 31/07/2020 | Publié le 03/06/2019 | Content Marketing

Aujourd’hui lorsque l’on décide de mettre en avant sa marque, son nom ou son entreprise sur internet, le plus dur est de se faire connaître de sa cible. Ainsi, pour vous démarquer de la concurrence, vous devez impérativement optimiser votre contenu pour Google.

Qu’est-ce que l’optimisation de contenu ? Quelles étapes faut-il respecter ?

Pour en savoir plus, prenez connaissance de ce contenu spécialement dédié à cet effet !

Temps de lecture

6

minutes
1,438 mots
Pourquoi faut-il impérativement optimiser son contenu pour Google ?

Derrière l’optimisation du contenu se cache une intention !

Même si vous n’êtes pas un spécialiste du référencement naturel, en tant qu’utilisateur du web (comme vos lecteurs), cela vous arrive de temps à autre de taper des mots-clés ou des expression-clés qui vous semblent pertinents dans la barre de recherche de Google.

recherche google

On appelle cela, l’intention de recherche : vous recherchez une solution en rapport avec votre problématique du moment.

L’optimisation de contenu consiste à améliorer les supports de communication d’un site internet (page d’accueil, articles de blog, page à propos, services et prestations) pour que ceux-ci soient plus visible par les moteurs de recherche.

En perfectionnant vos écrits et en fournissant à vos internautes l’information dont ils ont besoin à ce moment précis, vous gagnerez leur confiance en votre expertise et, par lien de cause à effet, plus de trafic sur votre site provenant de l’extérieur.

10 étapes inévitables pour bien optimiser son contenu en 2020

Pour construire et produire des contenus ciblés en fonction des besoins des internautes, la personne en charge devra utiliser de techniques seo appropriées. Car quand les petits robots malicieux de Google crawlent les pages de votre site web, ils décomposent votre contenu de la sorte :

  • Présence des mots-clés ;
  • Optimisation du titre, des balises, des images, des URL ;
  • Et bien d’autres paramètres que nous verrons bien plus tard…

Google a une seule et unique mission : comprendre quel sujet est traité par votre page.

Mais pourquoi fait-il cela ?

Tout simplement pour identifier si votre contenu mérite vraiment de remonter dans les résultats de la SERP sur cette requête clé. Car du contenu il en existe des tonnes et des tonnes…

Les rédacteurs web sont ainsi quotidiennement confrontés à un dur labeur : satisfaire à part égale des êtres humains et des robots.

Pour bien rédiger pour le web, ne passez surtout pas à côté de ces 10 étapes :

 1. Définissez votre persona 

Personne fictive dont les caractéristiques vous permettront de délivrer le bon message à la bonne personne au bon moment.

2. Réalisez une étude de mots-clés

 

De temps en temps, pensez à traiter un mot rare. C’est-à-dire un mot pour lequel Google affiche moins de 100 000 résultats dans ses SERP.

3. Définissez la longueur idéale de votre page

 

En fonction de votre thématique le nombre de mots requis divergera, mais au minimum (du minimum) pour espérer être visible dans n’importe quelle thématique (même e-commerce) votre texte devra contenir 300 mots.

Bien qu’il semblerait qu’un texte commence à se démarquer aux yeux de Google à partir de 800 mots, et qu’au-delà de 1 500 mots, il soit perçu comme une source d’information réellement pertinente, ce qu’il faut retenir, c’est qu’un format standard de nombre de mots n’existe pas.

  • Si vous cherchez à obtenir des commentaires sur votre post, 275 mots est une longueur suffisante.
  • Si vous visez la viralité sur les réseaux sociaux, comptez 600 à 1500 mots.
  • Si votre objectif est d’obtenir un bon référencement naturel, un article de 2500 mots est idéal.
longueur idéale d'un article de blog

Au final, peu importe la longueur de votre contenu, son but est de transmettre au mieux une information utile pour l’internaute.

Pour vous donner un ordre d’idée, voici quelques chiffres estimés par Neil Patel, un spécialiste du marketing en ligne, selon diverses thématiques :

  • Finances : 2 100 – 2 500 ;
  • Ventes : 2.500 – 2.700 ;
  • Immobilier : 1 800 – 1 900 ;
  • Marketing / publicité : 2 500 – 3 000
  • Santé : 2 000 – 2 150 ;
  • Recrutement : 900 – 1 000 ;
  • Voyages: 1 500 à 1 850.

Bon à savoir :

Si vous souhaitez connaître le nombre de mots à rédiger pour votre futur article, tapez dans le moteur de recherche l’expression clé sur laquelle vous souhaitez vous positionner.

Copiez les 3 premiers textes, comptabilisez le nombre de mots qu’ils contiennent, faites la moyenne et rajoutez 10 % à ce résultat.

Vous obtiendrez ainsi le nombre de mots que vous devez écrire pour votre article. 

Bien évidemment, cela ne fait pas tout laughing !

4. Préparez la structure et les sources de votre texte

 

Pour cela, aidez-vous de la méthode des 5W pour structurer votre information et utilisez la méthode de la pyramide inversée pour traiter les éléments essentiels qui répondent à l’attente du lecteur.

Si l’ergonomie est un sujet important pour vous, notamment si votre cible utilise principalement le mobile, limitez-vous à écrire des phrases de 15 mots environ par ligne.

Rendez votre texte agréable à lire à l’aide de listes à puce, de couleurs et d’une structure visible au premier coup d’œil (gras, balises, etc.).

Pensez également à intégrer dans les zones chaudes, la requête principale, si possible au tout début du titre et à l’aide de 5 à 7 mots environ.

Placez dans vos H2 un mot clé secondaire ou une variation du mot clé principal.

5. Rédigez

 

Travaillez votre champ sémantique pour permettre à Google de comprendre le contenu de votre page. Travaillez vos titres et utilisez des phrases accrocheuses pour engager votre lecteur.

 

6. Contrôlez

 

Relisez votre texte à voix haute, vérifiez que vos titres et sous-titres soient correctement balisés, n’oubliez pas de vérifier que vous ayez bien travaillé votre maillage interne.

 

7. Optimisez votre requête principale, votre méta description et l’URL de votre page

 

Votre requête principale doit se trouver dans votre meta-description et votre url.

 

8. Configurez des données enrichies dans WordPress

 

Les données structurées sont représentées par un morceau de code au format spécifique, écrit de telle manière que les moteurs de recherche le comprennent.

Le code lu par le moteur de recherche permet d’afficher des résultats beaucoup plus spécifique et riche que les meta-données seules.

Voici un exemple de morceau de code :

données structurées google

9. Pensez à donner des définitions

 

Le cas échéant, lorsque votre contenu atteindra la première page, Google pourra facilement créer un featured snippet.

exemple featured snipped

 

10. Optimisez vos contenus pour la traduction

 

La traduction web vous permet d’élargir votre audience. Néanmoins, si vos textes restent introuvables, il vous sera difficile d’atteindre votre public cible.

Il existe aujourd’hui de nombreux outils pour aider à la rédaction SEO et améliorer considérablement ses écrits. Néanmoins, la plume du rédacteur web seo restera toujours un véritable bonus pour ne pas fournir des contenus aux allures robotisées.

Les technologies modernes permettent uniquement de donner des pistes de correction. Derrière, il convient de travailler intelligemment sur la rédaction de ses contenus.

Toutefois, si le sujet vous intéresse, voici les meilleurs outils d’analyse sémantique pour vous aider à mieux optimiser votre contenu pour Google.

Mais avant de se quitter, n’oubliez pas une chose : pour arriver à de bons résultats en référencement naturel, mettez rapidement en place une bonne stratégie de contenu.

87 / 100 Score SEO

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

100 Shares
Partagez
Tweet
Partagez
Pin100
Email